Lumières sur l'histoire: Les Figures de l'Ombre

March 26, 2017

Comment aborder les thèmes de racismes et de sexismes dans les années 60 aux Etats-Unis sans en faire un film déprime ? Theodore Melfi a la réponse.

 

Les Figures de l’Ombre c’est l’histoire vraie de trois femmes : Mary, Katherine et Dorothy vivant à une époque où il n’était pas facile d’être une femme, d’être noire, où encore pire d’être les deux. Le film raconte donc comment dans l’univers de la NASA, dominé par l’homme blanc, Dorothy deviendra la première femme noire superviseure de la NASA, Mary la première femme noire ingénieure et Katherine l’une des meilleures mathématicienne de son temps, ayant effectué les calculs ayant permis les premières explorations spatiales habitées américaines.

 

 

Une histoire racontée avec finesse

 

Theodore Melfi réalise avec les Figures de l’Ombre un pari assez risqué : parler de ségrégation, de sexisme et raconter une histoire vraie sans être ennuyeux ou déprimant. On ressort du cinéma avec un regain d’espoir en l’humanité rare pour un film de ce registre. Le film montre des scènes touchantes d’amitié et d’amour mais également de dépassement des préjugés des uns envers les autres. On voit trois femmes fortes se battre pour défendre leurs compétences, refuser de prendre « non » comme une réponse et réussir à aller jusqu’au bout, à vaincre tous les stéréotypes de genre et de couleur et à briller dans un milieu qui ne leur était pas destiné. Le réalisateur ne détourne pas non plus le regard sur la réalité de la vie aux Etats-Unis dans les années 60 mais réussi toujours à tirer quelque chose de positif derrière chacune des scènes.

 

Des acteurs saisissants de réalisme

 

Ce film ne serait pas la moitié de ce qu’il est sans la prestation de ses actrices, toutes les trois plus vraies que nature. Si souvent dans les biopics on se demande ou se situe la limite entre fiction et réalité pas une seule fois dans ce film on ne doute que leurs scènes se sont réellement déroulées. Kevin Costner également brillant en défendeur de la science avant tout, faisant passer le bien de son travail avant les restrictions de couleurs ou de sexe. On notera, pour le plaisir, le retour au cinéma de Jim Parson, toujours en mathématicien surdoué (mais beaucoup moins drôle que dans The Big Bang Theory).

 

Le mot de la fin…

 

Les Figures de l’Ombre est un feel good movie là où on attendait un énième biopic abordant les problèmes de racisme et de sexisme et ça fait du bien. Cela redonne espoir en l’humanité de voir tout le chemin parcouru pour les droits civiques et cela peut se permettre d’espérer que les problèmes de discriminations d’aujourd’hui évolueront également vers plus d’acceptation et d’ouverture.

 

Et pour les plus bibliophiles d’entre vous, l’histoire est tirée du livre Hidden Figures de Margot Lee Shetterly...ne nous remerciez pas, c'est cadeau! 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Pourquoi "The Sight"?

#1 

Avoir la vue, ou "The Sight", c'est voir la vie avec un regard peu ordinaire...
 

#2

Avoir la vue, c'est accepter de ne pas penser comme tout le monde...

 

#3

Avoir la vue, c'est tout simplement voir au delà des apparences...

© 2023 by Jordan R. Proudly created with Wix.com