Je vous emmène dans ma poche pour assister au concert d'Ed Sheeran

April 8, 2017

Disclaimers : cet article est totalement biaisé, absolument pas objectif, une déclaration d’amour pour le plus parfait des hommes. Je vous avais déjà écrit un article totalement partial (hum hum) sur Divide et il était évident que j’allais frapper de nouveau avec son concert.

 

Une prestation hors norme

 

Alors que Bercy s’était enflammé pendant 1 heure de partie première (notamment avec Anne-Marie qui a tout déchiré avec Rockabye) les lumières se rallument, les techniciens débarrassent la scène de tous les instruments et pour n’y remettre que deux micros. Et soudain les lumières s’éteignent et voilà que le rouquin le plus cool du monde (égalité avec Rupert Grint) débarque sur scène, guitare à la main et commence à la gratter directement sur Castle on the Hill. Durant 2 heures sur la scène Ed Sheeran enflammera la salle avec plus d’une vingtaine de chanson sans répit. Mais au-delà de la performance physique que cela représente ce concert était une prestation artistique hors norme car il était seul sur la scène. Seul avec sa guitare et son looper Ed Sheeran enregistrait devant nous les basses, les percussions (en tapant sur sa guitare), les chœurs… tout ! Tu peux aller te rhabiller Britney, CA c’est un vrai artiste !

Un orgasme musical de 2 heures

 

Ed Sheeran a repris bien évidemment les titres de son nouvel album mais a également repris ses anciens titres en leur donnant des sonorités inédites, remixant Human de Rag’n’bone Man avec I See Fire ou New Man avec Don’t. Il nous a électrisé sur Bloodstream en accélérant les rythmes de guitare et cardiaque jusqu’à la fin. Et puis il y a eu You Need Me, I Don’t Need You comme le final d’un feu d’artifice. La sensation que l’on ressent, à 20 mètres de la scène est assez complexe à décrire. Ed Sheeran enregistre tous les sons dont il a besoin, pose sa guitare et, alors qu’on est déjà on fire, il commence un flow de rap, jouant avec son looper, accélère le rythme petit à petit, de plus en plus rapide, les basses à fond faisant vibrer notre cage thoracique, agite le drapeau français, on est à la limite de la transe, captivés par son aisance sur scène, à la limite de l’orgasme musical. Ce n'est que quand il a arrêté la chanson que je me suis rendue compte que je retenais mon souffle.

 

Vivement 2018

 

Et puis un petit « thank you see you next year » et il s’en va. Au risque de pousser l’analogie sexuelle un peu loin cela donnait un peu l’impression d’avoir pris le pied de sa vie et que votre amant s’en aille juste après sans vous faire un câlin. On a envie de le retenir, un petit rappel, une petite chanson, Photograph par exemple (petite déception qu’il ne l’ait pas chanté). Mais ce « See you next year » raisonne comme une promesse. Alors Ed, ta voix et ta guitare ont conquis mon cœur et tu as révélé une groupie en moi dont je ne soupçonnais pas l’existence. Je serais là en 2018, au Parc des Princes puisque c’est là que notre bourreau des cœurs prévoit de se produire apparemment.

 

Reviens vite Ed on t’aaaaaaaaaime !

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Pourquoi "The Sight"?

#1 

Avoir la vue, ou "The Sight", c'est voir la vie avec un regard peu ordinaire...
 

#2

Avoir la vue, c'est accepter de ne pas penser comme tout le monde...

 

#3

Avoir la vue, c'est tout simplement voir au delà des apparences...

© 2023 by Jordan R. Proudly created with Wix.com