CINE: Lion, l’histoire extraordinaire d’un enfant, qui devient homme.

February 23, 2017

L'histoire: 

 

Lion c’est l’histoire vraie de Saroo – Dev Patel – qui à cinq ans se trouve malgré lui éloigné de son frère et et de sa famille, à Calcutta, où il erre pendant de nombreux mois avant de finalement être adopté par Sue – Nicole Kidman – et John – David Wenham – un couple d’Australiens. 20 ans après son adoption Saroo entreprend l’impossible : grâce à Google Earth, retrouver son village et sa famille.

 

 

Le côté négatif :

 

Commençons par éliminer le tout petit détail qui dérange… La publicité Kenzo au début du film, interminable, qui fait se demander si on ne s’est pas trompé de salle. Bon, sinon blague à part, le film a quelques longueurs. Toutefois celles-ci se révèlent nécessaires pour comprendre le personnage, son histoire, les motifs qui l’animent, l’amour profond qui le rattache à ses origines, à sa famille, et qui transforme sa quête de vérité en véritable obsession. Je sais, c’était censé être la partie côté négatif mais que voulez-vous…

 

Le côté positif :

 

Tout le reste ! Tout d’abord le film nous emmène en voyage sur les routes indiennes et australiennes. Ces plans sont des moments douceurs marquant le rythme du film, ils s’insèrent entre des tranches de vies de Saroo plus dures et forment un contraste bienvenu qui nous permet de reprendre – ou nous couper – notre souffle. Ensuite, à l’opposé, il y a le réalisme du film. Garth Davis ne mystifie pas la précarité et la dureté de la vie d’un enfant orphelin, perdu dans les rues de Calcutta. Mendicité, travail des enfants, trafic et traite, abus sexuel à peine déguisé, maltraitance en orphelinat… rien ne nous est épargné.

 

Davis nous impose une réalité qui dérange, qui force à se remettre en question, à s’interroger sur la portée de nos privilèges et à ce que nous pouvons faire à notre échelle.

Mais toujours dans un esprit de dualité, horreur et douceur, le réalisateur nous offre des scènes touchantes d’amour, d’amitié, tel un baume pour panser notre âme offensée par des images violentes. Ce rythme scénaristique est parfait par la sublime partition de Dustin O’Halloran.

 

La musique est à la fois discrète et bien présente, et on apprend à reconnaître les mélodies et ce qu’elles annoncent : chaque moment clé est précédé par une absence totale de musique, puis les notes de piano résonnent et accélèrent à mesure qu’un tournant de la vie de Saroo s’opère (la séparation avec sa famille, son adoption, les retrouvailles…).

 

Mais ce film ne serait pas aussi poignant si ce n’était pour la prestation de ses acteurs. Je parle ici bien sûr de Dev Patel ou de Nicole Kidman dont les gallons d’acteurs ne sont plus à gagner mais pas seulement. Ici je voudrais faire une mention spéciale à Sunny Pawar, l’interprète de Saroo jeune, d’une justesse affolante. Il ne joue pas Saroo, il est Saroo, et ça, c’est bouleversant.

 

 

En conclusion :

 

Des mois après avoir entendu pour la première fois la musique du générique signée Sia (que j’écoute en boucle évidemment), Lion a rempli toutes mes attentes. C’est un film brutal, dans sa représentation de l’Inde, mais aussi doux et émouvant, dans sa vision des relations humaines qui se nouent au cours d’une vie. Bref, c’est un film à aller voir sans tarder.

 

On sèche nos larmes, et on vous embrasse fort ! 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Pourquoi "The Sight"?

#1 

Avoir la vue, ou "The Sight", c'est voir la vie avec un regard peu ordinaire...
 

#2

Avoir la vue, c'est accepter de ne pas penser comme tout le monde...

 

#3

Avoir la vue, c'est tout simplement voir au delà des apparences...

© 2023 by Jordan R. Proudly created with Wix.com