American Gods: La guerre des Dieux 3.0

May 3, 2017

Shadow Moon (Ombre dans la version VF) est un homme mystérieux qui sort de prison (pour bonne conduite) dans laquelle il est restée trois ans pour vol à main armé. Sur le chemin qui le mène vers son passé, ils enchaînent des rencontres toutes plus étranges les unes que les autres. Commence alors un rite quasi initiatique qui repousse toujours un peu plus les limites de la réalité, nous invitant à mettre un pied en enfer...

 

 Sous-titres par les Icones de Franck


Une série portée par le talentueux Ricky Whittle...

Si vous faites partie de la communauté des sérivores, il y a énormément de chance pour que vous connaissiez Ricky pour son rôle de Lincoln, l'étalon sauvage d'Octavia, dans la dystopie futuriste "The 100", qui avait su nous charmer de par la complexité de son jeu d'acteur.

1h d'épisode, et on sait déjà qu'American Gods va le placer dans un contexte parfait pour laisser exploser son talent à nouveau. L'intensité dans son regard, la complexité dans l'intonation de sa voix, la justesse de ses mouvements: tout semble placer American Gods sous de bonnes augures.

Pendant 1h le héro enchaîne poisse et déconvenue, lui faisant presque regretter la prison, et on a l'intime conviction que ce premier épisode n'est que la partie émergée de l'iceberg.


Une atmosphère étouffante et obsédante...

On parle ici de ce genre d'atmosphère, semblable au calme qui arrive avant que se pointe la pire des tempêtes. On ne sait pas grand chose mais on en voit assez pour que notre curiosité s'éveille petit à petit.

Il y a une ambiance très roots, on y découvre des personnages à vifs, qui luttent. Les images sont obscures, crues, et à la fois quasi poétiques. Plus l'épisode se déroule, plus on a l'impression que l'histoire se trouve dans les détails. Des phrases semées au gré des conversations, qui posséderaient un sens plus profond, plus ténébreux.

On retrouve un peu l'ambiance de séries telles que True Blood ou encore American Horror Story. Les musiques sont quant à elles tantôt inquiétantes, tantôt mystérieuses et viennent parfaitement donner le ton de ce que sera la suite de la série.

Une storyline déroutante...

Pour le moment, on ne comprend pas vraiment ce qui se passe tellement ce premier épisode est étrange. Pas nécessairement dans le mauvais sens, mais c'est vrai que la storyline n'a pas véritablement de sens concret, un peu comme si on était en train de regarder une version religieusement déglinguée d'un Lost sous drogue dure.

Il y a du sang. Beaucoup de sang. Peut-être trop de sang. Et à l'image de ces litres d'hémoglobine versés, on découvre tout autant de personnages dont on ne sait rien, et la série va même jusqu'à occulter certains de leurs noms.

C'est pour ça qu'on vient à se poser la question du "Vais-je continuer à regarder cette série ?" car on n'est incapable de dire si ce qui se passe sous nos yeux relève du génie quasi cinématographique, ou simplement d'un mauvais trip sans queue ni tête. Avant de prendre une décision, je pense qu'il vous faudra laisser passer quelques épisodes afin de voir si l'intrigue s'épaissit, nous permettant de saisir les subtilités de cet univers psychologiquement dérangeant. Là encore il ne s'agit pas d'un jugement de valeur, mais plutôt d'un simple constat après 1h de visionnage.

Verdict...

 

Ce premier épisode a su éveiller notre curiosité, même si l'on redoute un peu le côté "surnaturel perché" qui semble être la marque de fabrique de cette nouvelle série. On attend néanmoins les prochains épisodes avec impatience afin de pouvoir affiner notre opinion sur ce qui s'annonce comme étant la nouvelle série à succès que les sérivores se doivent de suivre. Affaire à suivre.  

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Pourquoi "The Sight"?

#1 

Avoir la vue, ou "The Sight", c'est voir la vie avec un regard peu ordinaire...
 

#2

Avoir la vue, c'est accepter de ne pas penser comme tout le monde...

 

#3

Avoir la vue, c'est tout simplement voir au delà des apparences...

© 2023 by Jordan R. Proudly created with Wix.com